Il y a 2 ans de ça, en rentrant de vacances solitaires, j'avais dit que je me poserais la question deux fois avant de repartir en voyage tout seul. Bah finalement, here I go again.

Ces derniers temps je me sens un peu comme un sale gosse qui piétinerait en criant "J'en ai marre !", et qui ne saurait pas vraiment quoi répondre si on lui demandait "Marre de quoi ?"... Je sais pas, je flotte dans une espèce de frustration latente qui me mets les nerfs à fleur de peau et me donne envie d'envoyer valser tout et tout le monde, souvent juste pour le plaisir de faire un peu de vagues. Et si on renverse le point de vue, j'ai l'impression que je dois être assez pénible en ce moment. Rajouter là-dessus beaucoup de trucs des derniers mois que je n'ai pas encore pu digérer au calme, et du coup la perspective de découvrir des nouvelles choses tout seul et de flâner au hasard sans devoir rien à personne apparaît comme un antidote attirant.

Et puis hein, ce n'est pas le bout du monde non plus : juste quelques jours au pays des Lego, dans la ville de la petite Sirène et des conférences climatiques foirées, suivis d'une grosse semaine dans diverses villes de "l'autre pays du metal", contrée d'Ikea et des Krisprolls. Je suis pas exigeant, j'y cherche avant tout la fraîcheur, la proximité de la mer, et des endroits sympas où je me sente bien. Ça laisse de la place pour plein de bonnes choses inattendues ^ ^.  

En ce qui concerne le blog, sauf billet exceptionnel il va donc être à l'abandon pendant deux semaines. Mais bon, ça changera pas grand chose au rythme habituel :P. J'avais l'intention de poster quelques dessins en même temps que ce billet (par exemple les résultats de l'excellente dernière séance de Dr Sketchy, ou des piles de random girls qui ne cessent de s'entasser), mais j'avoue j'ai eu un peu la flemme à l'idée de tous les scans, et comme je m'y suis pris au dernier moment pour plein de détails du voyage c'était pas la priorité. Tant pis, ça fera plein de choses à publier en revenant. En plus de tout ce que – j'espère – j'aurai pondu là-bas !

Voilà, je vous dis à dans 15 jours, et je m'en vais finir mon sac :)

[Et maintenant, faut juste que mon avion arrive à décoller demain matin...]