Comme promis, un billet pour détailler un peu les étapes de réalisation de ma dernière gravure.

Alors tout d'abord, ce n'est pas une linogravure, car la matière utilisée n'est pas du linoléum. Il s'agit de la même gomme un peu cheap que pour mon petit dragon, une matière qui est probablement destinée à l'initiation, vue la facilité avec laquelle ça se grave. J'en avais acheté deux plaques identiques l'année dernière, au moment de mes débuts, en me disant que j'allais m'en servir rapidement pour tester la gravure à deux plaques avec un sujet facile. Typiquement, une n-ième Ivy.

Sachant que je passe mon temps à la dessiner en "tâche de fond", dans mes carnets, sur mes notes de réunion ou mes brouillons du boulot, je pensais que ce serait vite fait. Et pourtant non ! J'ai pondu des tas de croquis pendant un an et demi sans que ça corresponde à ce que je voulais.

2013-12-02_ivy_sketches.jpg
Quelques exemples de trucs avortés, je vous épargne la totalité…

Mais bon, après la gravure des éoliennes je me suis rendu compte que j'aimerais bien passer à des choses un peu plus sérieuses (grands formats, gravure sur bois, etc.), alors il fallait que je finisse ça une bonne fois pour toute. Et en me focalisant dessus, j'ai finalement dessiné assez vite quelque chose qui me plaisait, dans un style Art nouveau pas trop chargé. Bref, ça a donné ça :

2013-12-02_ivy_wip_1.jpg
Enfin un croquis qui me plaisait !

J'ai scanné et reproduit ce dessin au trait en quelques exemplaires. pour pouvoir faire des tests et me servir d'une copie comme d'un papier calque, pour le transfert sur la plaque à graver. C'est tout de même assez grossier comme technique, donc j'ai dû redessiner la plupart des éléments sur la plaque.

2013-12-02_ivy_wip_2.jpg
Copie de référence et résultat du transfert.

Ensuite, c'est la gravure en elle-même. Cette matière se grave très (trop !) facilement, et le dessin était à la fois plus simple et nettement plus petit que les éoliennes, donc c'est allé beaucoup plus vite… Déjà, rien que le fait de pouvoir tourner facilement la plaque elle-même au lieu de devoir tourner autour ! Mais vu certaines parties tordues, j'ai dû faire attention à ne pas tomber dans la précipitation.

2013-12-02_ivy_wip_3.jpg
2013-12-02_ivy_wip_4.jpg
2013-12-02_ivy_wip_5.jpg

Après avoir terminé la plaque, j'ai fait une première impression de test.

2013-12-02_ivy_wip_6.jpg

Hop, et voilà, fini ! :)

 

Euh... non, on avait dit deux couleurs ! Il a donc fallu se lancer dans la seconde plaque (qui sera en fait imprimée en premier, pour être sûr d'avoir les traits sombres au-dessus du orange), avec le problème de la superposition des deux. Bon, c'est un cas de dessin assez facile, où la plaque noire se suffit à elle-même et peut donc servir de référence pour la plaque orange. Mais il fallait tout de même que les deux soient bien calées pour que ça marche. Pour le transfert du dessin, je suis donc parti d'une des impressions et non pas du dessin original, pour minimiser les risques de décalage. Et puis j'ai fait tant bien que mal, avec encore cette technique façon papier calque, en espérant que la précision soit suffisante…

Spoiler : je me suis foiré. Le résultat final souffre de plein de décalages et de zones qui ne devraient pas être blanches. L'élasticité du matériau bas de gamme est sûrement un peu en cause, mais il y a surtout ma méthode. Je suis bon pour étudier mieux la question du transfert si je refais du multi-plaques (et comme je n'ai pas envie de faire du plaque perdue, il faudra bien).

Une fois la plaque orange gravée (c'est allé très vite et j'ai pas pris de photos), j'avais ça :

2013-12-02_ivy_wip_7.jpg
Les deux plaques terminées… et plein de copeaux sur mon bureau.

Ça y est, là c'est fini ! Plus qu'à imprimer, en commençant par le orange…

2013-12-02_ivy_wip_8.jpg
Je ne sais pas vous, mais j'aime déjà bien cette étape, avec cette forme sinueuse et abstraite.

Ça ne se voit pas parce que la lumière sur mes photos est jaunâtre et mal réglée, mais ce orange tel qu'il sort du tube est complètement fou. Super vif, presque fluorescent. C'est drôle car je ne suis pas franchement fan de cette couleur en temps normal, mais quand je l'ai vu ressortir sur ces feuilles, j'ai trouvé qu'il avait quelque chose d'à la fois joyeux et de poignant. Oui, carrément, cet orange m'a bouleversé et je me suis abîmé dans une contemplation mystique de mon encre :D. Ce qui tombait bien parce que de toute façon il fallait patienter jusqu'au lendemain pour appliquer la couche noire (qui est plutôt vert olive très foncé en fait).

2013-11-22_ivy_art_nouveau.jpg
Le résultat final.