Patterns in the Ivy

Keyword : celtique

Fil des billets - Fil des commentaires

Toujours en cours

2016-02-10_celtic_wip_2.jpg

Comme je le prédisais à l'épisode précédent, je suis toujours loin de la fin de cette grande page façon Livre de Kells que j'ai commencée après vu le vrai. Il faut dire qu'un hiatus de plus d'un an n'a pas arrangé les choses. Mais j'avance assez bien quand j'y consacre du temps, comme dernièrement. Et si j'ai l'impression d'accroître la complexité au fur et à mesure, cela vaut le coup. Je suis encore loin de la folle densité des trucs dont je m'inspire, mais il reste de la place sur la feuille pour d'autres réjouissances.

2016-02-10_celtic_wip_3.jpg
Secret de fabrication : ce nœud de racines-lézards-serpents est inspiré d'un motif sur la première page de l'évangile de Marc.

En tout cas, ce type de dessin a toujours les mêmes vertus sur moi. Les gestes précis et systématiques (dessus, dessous, répétez !) que ça impose font vite atteindre un état second de quasi-méditation très agréable. Le flow, le vrai. La gravure procure le même effet.

2016-02-10_celtic_wip_2.jpg

Par contraste, après plusieurs heures passées dessus, ça donne aussi très envie de refaire des choses moins contraintes, plus spontanées. Rha, jamais content ! On verra bien si je remets ce projet en hibernation une nouvelle fois ou si j'arrive à faire tout ce que je veux de front :)

En cours

2014-10-04_celtic_wip.jpg

Je préfère poster des choses terminées, mais là on en est vraiment très loin, alors une étape intermédiaire ne fera pas de mal.

C'est une petite partie d'un projet bien plus grand. Dessiner quelque chose d'ambitieux dans ce style doit être un des plus vieux points sur ma to draw list (misère, ça doit même remonter au siècle dernier…). Mais apparemment il me fallait des vacances en Irlande pour que je me lance.

Mes films attendus pour 2008

Bonjour à mes deux ou trois lecteurs, et tardive bonne année. Vous aurez constaté (ou pas) qu'une fois de plus c'est bien mort par ici, et que surtout on ne voit pas l'ombre d'un début d'esquisse de dessin poindre le bout de son crayon. La faute à pas le temps, pas toujours le moral, d'autres loisirs et trop de bazar à gérer en ce moment... Parfum au choix ou panaché (supplément chantilly 1€). Je vais pas me forcer, ça reviendra tout seul, la seule conséquence étant qu'une fois de plus il faudra que je gravisse le pauvre bout de pente technique sur lequel mon inactivité m'a laissé glisser. C'est pas grave, j'étais pas monté très haut ;) .

En attendant, juste pour sacrifier au rituel du post quasi-mensuel que mon blog adopte dans les périodes de vaches maigres, voilà un tout autre sujet, absolument banal : les films que j'attends le plus cette année. Et comme je suis feignant, pour la plupart des films j'ai pas mis de liens, mais Google est votre ami.


Je commence avec des films qui figurent déjà sur la plupart des autres listes du même genre qu'on trouve ça et là. Et tout d'abord, puisqu'il sort demain, Sweeney Todd de Tim Burton, avec Johnny Depp en barbier machiavélique et Helena Bonham Carter qui joue (encore !!!) la sorcière échevelée. Pendant qu'on y est, je souhaite bon courage à The Dark Knight pour laisser une impression aussi marquante que le premier Batman, par le même Tim Burton. Avec le recul, le récent Batman Begins n'était pas si mal, malgré la présence plombante de la femme recrue scientologue de Tom Cruise, alors pourquoi pas...

Dans le genre super-héros, j'avoue sans honte attendre aussi Wolverine avec une... "impatience circonspecte" :P . Je pense très honnêtement que ce sera un gros navet au scénario calibré d'avance pour une suite ou deux, mais on ne sait jamais. Je dis ok si c'est du niveau d'ensemble des 3 X-Men, que j'ai trouvés bien sympas et surtout bien au-dessus de la moyenne du film de comics.

Cependant, rien à cirer de X-Men à côté d'Indiana Jones. S'il y a une trilogie qu'il faut éviter de massacrer, c'est celle-ci. Par crainte de me gâcher le plaisir, j'ai pas cherché à en savoir plus sur le quatrième que sa date de sortie et son titre lourdaud, Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal... Wait & see. De l'eau a coulé sous les ponts depuis les trois premiers, et je me demande juste de quelles manières ce come-back tardif veux/va toucher à la fois les vieux fans et les plus jeunes. A vrai dire, je me demande aussi comment les trois premiers films sont considérés par les moins de 20 ans. Pour moi, quelques années après leur sortie, c'était quelque chose d'énorme, un truc vraiment emblématique des années 80, surnageant par je-ne-sais-quel miracle au milieu de la kitscherie ambiante. Et ce doit être les films qu'on a le plus usés en cassette dans ma famille. Pas certain que les ados de maintenant les voient de la même façon. Mais comment alors ? Ringards et désuets ? Est-ce que La Momie et Benjamin Gates (dont les suites respectives qui sortent également cette année m'intéressent nettement moins) représentent l'équivalent actuel ? (Si tu es un jeune de moins de 20 ans, je t'encourage à répondre à la question ;) )


Tout autre style, mais tout de même attendu par de nombreuses personnes (dont moi, donc), Be kind, rewind de l'extravagant Michel Gondry (Ôo). Personnellement je me fous un peu de la campagne de marketing viral mise en place autour du film, même si elle est rigolote et bien en rapport avec le scénario. Je trouve juste le synopsis absolument génial dans sa stupidité, j'aime bien les autres films de Gondry, et j'adore quand Jack Black fait le pitre. Ca devrait me plaire :) .


Bon, mais maintenant, fini de rire. Car en 2008, il parait que le grand Cthulhu sort tout ragaillardi de sa thalasso à R'lyeh et vient exhiber impudiquement son corps poulpesque sur nos écrans. Enfin, s'il faut en croire ce qu'on dit autour du prochain Cloverfield, au contenu relativement bien gardé pour l'instant. Bon, j'irai forcément le voir, mais le réalisateur étant spécialisé pour pourrir à la longue les bonnes idées (au hasard, les séries Alias et Lost), j'ai un peu peur.

De toute façon, sur le même sujet, je crois que j'attends davantage un autre film, sobrement intitulé Cthulhu the movie. Ok, ça fleure bon la série B, et les chances que ce soient un navet cosmique (cosmique, parfaitement. Rien de moins pour les Grands Anciens) semblent assez élevées. N'empêche, la bande annonce me parle beaucoup plus que celle de Cloverfield.

Bonus 1 : proposition de BO.

Bonus 2 : Chtulhu vu par Hokusai.


Ce passage léger par le Japon me permet de sauter allègrement au prochain Miyazaki, Gake no ue no Ponyo, qui apparemment sera tout en aquarelles. Même si je bave devant les arrières-plans sublimes des films précédents de Miyazaki, j'avais aussi beaucoup aimé le style graphique de Mes voisins les Yamada, de Takahata, duquel ce nouveau film va apparemment se rapprocher. Et pour l'histoire, je me fais pas de souci.

Et enfin, un autre dessin animé que j'attends impatiemment, sans même savoir s'il sera diffusé en France tellement il a l'air confidentiel : Secret of Kells. J'étais tombé plus ou moins par hasard sur le blog très dépouillé consacré à la conception du film, que j'ai suivi depuis avec avidité. Réalisé avec peu de moyens par une équipe franco-belgo-irlandaise, ce film tourne autour du Livre de Kells, merveille des merveilles de l'enluminure religieuse, mâtinée de restes de paganisme celtique. Le graphisme du film a l'air audacieux. Le style des personnages mêle la naïveté et la symbolique médiévales avec une approche très moderne. On verra ce que ça donnera à l'animation. Quant aux fonds, ils me font un peu penser à un mélange entre Azur et Asmar et Persepolis (en couleurs donc). Y'a pire comme références ! ;)


Ouf ! Voilà c'est fini. Mais je suis sûr que j'en attends d'autres sans même le savoir. Et qui sait, peut-être des trucs un peu plus subtils. Parce que là quand je regarde ma liste, ça fait quand même un peu peur ;)

Bon et vous, c'est quoi les films que vous attendez ?

"A magic that a name would stain"

C'est une phrase d'une chanson de Dark Tranquillity. Toute bête peut-être, sortie de son contexte nébuleux... mais elle m'a toujours évoqué des choses extrêmement fortes. C'est une belle façon de décrire sans vraiment le faire une expérience trop pure ou trop complexe pour y attacher la lourdeur des mots.

Vous savez... un moment, une rencontre, une époque de la vie... Un ensemble de sentiments qui, pour une raison souvent inconnue, se sont imposés à nous, et nous ont fait toucher quelque chose de "magique", de supérieur, d'exaltant, qui nous marquera à jamais. On crève d'envie de partager ça avec ses amis, de leur expliquer cette magie. Mais ce n'est pas possible... C'est une expérience trop personnelle, on ne peut s'en remettre qu'à leur empathie et leur confiance. Car les mots n'existent simplement pas.

C'est une de ces expériences qui m'a fait commencer ça :


Cliquez sur l'image