Patterns in the Ivy

Keyword : chez moi

Fil des billets - Fil des commentaires

Test d'acrylique sur bois

2017-04-26_acrylic_test.jpg

Ma toute première peinture à l'acrylique ! Sur le support le plus noble qui soit : le couvercle de mon panier à un linge sale. Si si, la preuve :

2017-04-26_acrylic_test_basket.jpg
Vous avez échappé à la mise en scène à base de chaussettes sales.

C'est toujours chouette de faire de la déco, mais surtout ça fait quelque temps que j'ai envie de me mettre vraiment à la peinture, pour des choses plus colorées sur des plus grands formats, notamment du bois. Alors il faut que je fasse des tests. Ce couvercle que j'avais bricolé avec du contreplaqué de récup faisait bien l'affaire. J'ai ainsi pu tâter un peu de l'acrylique, du medium, du gesso transparent, du vernis satiné, et de toutes leurs propriétés capricieuses.

Pour le dessin lui-même, pas grand chose à dire, c'est plutôt un non-sujet. Mais d'habitude je fais plutôt du trait et de l'ornemental, rien que d'avoir un fond à remplir changeait plein de choses (et j'aurais dû le travailler plus). J'aime bien les couleurs, même s'il faudra que j'apprenne à rendre tout ça moins flashy pour d'autres sujets. Sinon je suis pas trop content de la compo pour plein de raisons : ces trois fleurs de cyclamens trop alignées, cette fougère qui tombe bêtement en plein milieu, cette tige de digitale qui coïncide avec un sommet du polygone… C'est le genre de trucs qui arrive presque toujours en improvisant. Mais bon, il n'y a rien de grave, ça reste un panier de linge sale :)

2017-04-26_acrylic_test_bumblebee.jpg 2017-04-26_acrylic_test_cyclamens.jpg

Dryade au bois dormant

Sleeping Ivy
Gouache et Posca sur panneaux de polystyrène. 150 x 65 cm.

Ces trois plaques de polystyrène recouvertes d'une couche noire (et blanche au verso) traînaient chez moi depuis bientôt deux ans. Je les avais récupérées à mon boulot, juste avant qu'elles soient jetées pendant un grand rangement des bureaux. Je n'avais pas d'idée précise de quoi en faire, j'ai réfléchi à un triptyque mais rien ne venait, alors j'ai juste peint le sujet qui ne me demande pas vraiment d'effort. Mais je crois que c'est ce que j'ai fait de plus grand à ce jour (sans compter les calmars et cachalots sur le sable :)).

J'adore l'idée d'utiliser du matos de récupération dans une création, mais ça a souvent quelques inconvénients. Ici, la surface était un peu imprévisible. Même après nettoyage consciencieux, certaines parties – qui avaient probablement été recouvertes de colle – restaient obstinément hydrophobes et refusaient de garder la gouache. C'est pour ça que j'ai eu partiellement recours au Posca. Et finalement, je me dis que j'aurais dû tout faire avec, ainsi j'aurais pu garder un trait bien blanc et précis partout. Enfin, c'est pas grave. Et j'ai surtout profité du fait que cette surface se comportait comme un tableau noir effaçable à l'eau. J'ai retouché plusieurs fois certaines parties, et je n'exclus pas de le faire encore (notamment ce profil de 3/4 arrière qui décidément ne me convient pas…)

Ma chambre manquait un peu de déco.

Samson vous souhaite bonne année

Voilà, tout ça, c'est fini. À défaut de bonnes résolutions et encore plus de courage pour les tenir, je commence l'année par du changement. Je suis allé chez le coiffeur, et clic, en quart d'heure, trois ans de longueur de cheveux sont partis à la poubelle...

2009-01-01_ivy_short_hair.jpgC'est dingue comme je pourrais parler encore des heures là-dessus. Mais comme j'ai déjà saoûlé une bonne part de mon lectorat depuis des mois avec mes atermoiements IRL, je me contenterai de ces petites épisodes esquissés, et je garderai le reste pour moi. Et puis faut pas croire, parfois j'ai des éclairs de lucidité et l'affligeante superficialité de ce sujet me revient alors en pleine face :P

Alors je profite de ce billet pour vous souhaiter du fond du coeur une belle et heureuse année, remplie d'amour et de joie pour vous et les vôtres. (Et rassurez-vous, je ne vais pas réellement couper les cheveux d'Ivy, j'y tiens plus qu'aux miens ;))

Du beau sur les murs

Klimt, The Music

Mucha, The Moon

Voilà deux belles choses que je viens de m'offrir, dans un accès de caprice égoïste. Des repros encadrées de deux tableaux que j'adore : la Musique, de Klimt, et la Lune, de Mucha. Ca claque bien sur mes murs :) Même si ça n'avait rien à y faire à l'origine...

Je change d'appartement dans un mois et demi, et sans trop savoir pourquoi, je suis tout excité à l'idée de faire la déco, de m'arranger un espace de vie dans lequel je me sente bien. Pas que je me sente mal pour l'instant, du tout. C'est une espèce d'impulsion inexplicable qui me fait changer, mais je suis assez rassuré de voir que la motivation du début est encore là, malgré les galères passées et à venir que représente toujours un déménagement. Pour la déco, j'avais ces deux tableaux en tête depuis longtemps. Une réduc sur le site web (AllPosters.fr, impeccable) m'a décidé à les acheter avant le moment prévu. Je m'étais dit que je les laisserais dans les cartons en attendant d'être dans mon nouveau chez moi. Mais bien sûr, j'ai craqué :P

Comme dirait un de mes t-shirts offert par deux amis qui me connaissent bien, "I can resist everything except temptation" (enfin, c'est pas vraiment le t-shirt qui le dit, c'est plutôt Oscar Wilde).

Bureau virtuel

Dans un élan d'originalité parfaitement démentiel, j'emprunte l'idée d'Olivier. Voilà donc l'intimité de mon bureau exposée aux yeux de tous. Et j'ai bien peur que ce soit moins bien rangé que chez lui :P

Bureau
  1. Un plancher qui a vécu. Beaucoup trop. Et encore, c'est pas celui du couloir...
  2. Un bureau qui m'accompagne depuis un bout de temps, puisque mes parents me l'avaient acheté quand j'étais en quatrième. Pas franchement ergonomique pour l'ordi, mais je l'aime bien, avec tous ses tiroirs et placard plein de bazar.
  3. Une chaise confortable, parfaite pour s'affaler devant un DivX avec les pieds sur le bureau, et suffisamment dure pour être bien assis. Elle est là magnifiquement ornée de fringues, notamment un sweat à capuche que j'aime bien, décoré d'un super treillis bleu. Sûrement pour jouer à la guerre dans les jungles bleues.
  4. Le PC, of course, avec la tour par terre à droite, un clavier dégueulasse et une tablette graphique qui sert pas des masses depuis quelques temps... Y'a des "enceintes" dans l'écran. C'est un peu la loose, mais ça suffit pour les vidéos. Et pour la musique il y a une bonne chaîne qui poutre, dans l'étagère à bouquins, derrière moi.
  5. Un bonhomme Océdar mannequin en bois pour le dessin. Il me sert à peu près à tout, sauf à dessiner.
  6. Des pots à crayons et à pinceaux, un flacon d'encre de chine, un gobelet pour l'eau, une Power-Ball illégitime, et du foutoir temporaire.
  7. Ca ne se voit pas, mais c'est un dessin en cours.
  8. Un Totoro qu'on m'a récemment demandé d'adopter. Quand il m'a regardé avec ses yeux tristounets et endormis, j'ai pas eu le coeur de dire non ;) . Il trône sur une pile de papiers violemment stratifiée, composée de vieilles déclarations d'impôts, relevés de comptes, feuilles de paye, factures pas encore ouvertes, et co. Un des cimetières de mon allergie aux fardeaux administratifs.
  9. Une étagère qui danse la gigue quand l'imprimante qui est dedans fonctionne. Il y a aussi un scanner, des tiroirs avec du matos à dessin, de la paperasse répartie dans des classeurs ou d'autres mouroirs. La moumoute vert fluo qui dépasse, c'est une espèce de boa récupéré à la Saint Patrick l'année dernière. Evidemment, il n'a pas beaucoup servi depuis.
  10. Un pan de mur encombré de choses et d'autres. Croquis, pseudo Post-Its, rendez-vous chez le dentiste qui datent d'un an, faire-parts de mariage et de naissance, cartes postales, etc.
  11. Des dessins pas trop vieux que j'aime bien ou que j'ai eu la flemme de ranger correctement.
  12. Une dédicace du grand Boulet (encore merci Kerlu ;))
  13. Un de mes vices d'ado tardif : deux repros de Luis Royo (avec des filles peu vêtues, mais c'est un pléonasme :P)
  14. Plus classe, une de John Howe. Y'en a d'autres dans la chambre, mais je garde celle-ci au dessus du bureau parce qu'elle est pleine d'inspirations, et y'a du beau lierre dessus.

À propos de ce qui est au mur, on pourra comparer cette photo avec le point 11 de ce vieux billet, et constater par l'exemple que je ne suis pas quelqu'un d'étouffé par une nécéssité compulsive de changement :P .

Sinon, je remarque une chose, c'est que la photo est plutôt flatteuse. Parce qu'en vrai, le bordel général est beaucoup plus... hum... prégnant (j'aime bien ce mot :P). Et c'est sans compter les autres meubles de ma chambre (le haut de l'armoire est dramatique).