Patterns in the Ivy

Keyword : drôle (ou pas)

Fil des billets - Fil des commentaires

Behold The Evil Mighty Letter Art From The Northern Frozen Mountains

Vous vous rappelez du petit jeu de déchiffrage d'une certaine aberration typographique publicitaire ? Pour ceux qui ont apprécié la séance d'écorchage de noeil, voici déjà un petit bonus dans un style voisin, croisé dans la rue, un peu moins laid et un peu plus lisible aussi...

Mais attention, tout cela n'est rien ! En effet, il y a bien pire que le designer qui s'est foiré. Car s'il est une personne qui a élevé l'illisibilité au rang d'art, c'est l'adolescent norvégien ! Tout du moins Svenn, 17 ans, qui décide, pendant le cours de maths de 14h, alors qu'il fait déjà nuit dehors et que le blizzard fouette les vitres, de monter le troisième groupe de true-black-metal de la terminale B du lycée de Røngstigtkermarkheim. Avant même de penser à ce qu'il va jouer ou chanter grunter, il planche sur un coin de sa feuille quadrillée en tentant d'appliquer la recette suivante :

  • Trouver un nom de groupe. Si ça évoque au choix Satan/toute forme de torture/Satan/la domination/les Vikings/Satan/le Grand Nord, c'est top. Bon, si ça n'évoque rien du tout, ça marche aussi. Mais si ça a l'air d'être prononcé comme une dernière malédiction par un orque agonisant dans le gargouillis de ses propres entrailles répandues, alors là c'est jackpot !
  • Trouver un surnom bien méchant, selon le même genre de critères. Parce que Svenn "J.C. Emasculator" Bjrnson ou Ivar "Samgrath" Olafson, ça fait quand même super classe dans un livret de CD à côté d'une photo noir et blanc dans la neige.
  • Dessiner un logo pour le groupe...

Et c'est là qu'au choix on se marre ou qu'on observe un silence respectueux. Car la génèse d'un de ces chefs d'oeuvre relève de l'expérience mystique, du rite aux étapes gravées dans le marbre, qui doivent être scrupuleusement respectées sous peine de déplaire à Satan. En tout cas, c'est ce qu'on pourrait penser devant l'impressionante uniformité stylistique de tous ces logos. Autre explication possible : à l'instar des Converse et des Eastpack plus ou moins customisés, c'est une manifestation de ce côté gentillement schyzophrène qui caractérise l'adolescence, où comptent autant l'appartenance à un groupe social bien identifié que l'affirmation de sa propre individualité. Mais bon, halte à la psychologie de bas-étage, tout ça pour dire que dans 90% des cas, ces logos partagent les caractéristiques suivantes :

  • des lettres torturées, pleines de barbelés, d'épines, de dégoulinures, de pointes ou de lames acérées. En gros, il faut que le logo fasse aux yeux ce que la musique est censée faire aux oreilles. Les angles droits et les typos rondouillardes sont banies. Je ne sais pas ce qui guette le gars qui ferait un jour un logo en Comic Sans, mais à mon avis il risque gros.
  • Des symboles ajoutés au lettrage, pour dire de manière super subtile, au cas où on n'aurait pas compris, "hum, vous savez, nous on n'est pas un groupe qui parle de la rédemption de l'humanité par l'amour universel de Jésus Christ notre Sauveur, on est plutôt du style à sacrifier des rats morts et à effrayer les Versaillaises à la sortie de la messe". Les deux grandes stars du genre sont donc les pentacles et les croix à l'envers. Sinon, y'a parfois les trucs de revendication de la "culture Viking", à la signification plus ou moins bien maîtrisée, genre marteau de Thor, entrelacs celtes, runes et Cie (du meilleur effet chez un groupe Brésilien ou Israëlien. Oui parce qu'il faut pas croire hein, y'a pas que les Norvégiens. Et les Français sont assez forts pour ça aussi.). Et pour les plus malsains, des croix gammées et assimilés >_<. Miam... Mais allez, non, Svenn et Ivar ne mangent pas de ce pain-là.
  • Dernier élément, fondamental, du logo : une symétrie horizontale quasi-parfaite. Quitte à torturer, écarteler et défigurer la moitié des pauvres lettres de manière complètement improbable, comme c'est très souvent le cas. Vu l'aspect laborieux de certains résultats, on sent parfois qu'il a bien dû se creuser la tête, Svenn, pour y arriver. Quand même, je me demande vraiment d'où vient ce goût immodéré pour la symétrie... Le coup des pointes et des pentacles, je comprends, mais ça... Peut-être parce que c'est un des trucs de design de logos les plus basiques, que les premiers groupes ont appliqué, et que maintenant ils le font tous par mimétisme. Et parce que c'est rigolo à faire. Pendant une réunion chiante j'avais redessiné le logo de ma boîte version black-metal, c'est vrai que c'est assez fun... Faudrait lancer des concours ;)

En parlant de concours, la finalité de tout ce blabla c'était quand même de vous fournir de quoi vous user les yeux à nouveau et tester vos capacités de déchiffrage de l'écriture true-black-métallique. Voilà déjà une quinzaine de logos, avec quelques groupes "connus" (j'aime vraiment le premier, la musique comme le logo sobre et classe) et un bon paquet de formations hum... obscures ;).

Alors, c'est marqué quoi ?

  1. 01.png
  2. 02.png
  3. 03.png
  4. 04.png
  5. 05.png
  6. 06.png
  7. 07.png
  8. 08.png
  9. 09.png
  10. 10.png
  11. 11.png
  12. 12.png
  13. 13.png
  14. 14.png

Et pour finir, un à part, plutôt marrant si vous arrivez à le déchiffrer...

  1. 15.png

Voilà c'est fini. Les gouttes pour les yeux sont dans l'armoire à pharmacie, et les réponses sont dans le premier commentaire.

En tout cas, si ça vous amuse, je pourrai en mettre d'autres. D'ailleurs, merci aux Svenn et aux Ivar pour fournir une source quasi-illimitée de jeux débiles, et surtout, merci à Jérôme "Morlos" G., qui s'est amusé sur son temps (presque) libre à écumer Encyclopedia Metallum (un site humoristique) pour récupérer plein plein plein de logos, et à les classer par difficulté croissante... Je précise que là, je n'ai pioché que dans le répertoire "Facile" >_<

Amusons-nous avec nos amis cathos

Bon, moi j'aime bien Halloween, mais je sais bien que c'est pas du goût de tout le monde. Alors si vous êtes comme cette petite vieille qui disait à la caissière du Casino que "jouer avec les morts, c'est dégueulasse Madame, c'est dégueulasse !", réjouissez-vous, car la résistance à cette orgie païenne s'organise ! En tout cas, elle était bien là vendredi soir, sur le parvis de la belle église Saint-Étienne-du-Mont, sous la forme d'un groupe de rock chrétien et de jeunes gens biens sous tout rapport qui distribuaient des brochures. Qu'on ne s'y trompe pas, leur titre, "Holywins", rappelle bien que le 1er novembre, c'est pas pour faire les cons avec des citrouilles.

Enfin, quand je dis brochure, faut pas s'imaginer le tract informe imprimé en Comic Sans sur du papier vert. Non non, Holywins, c'est du sérieux. Plutôt une espèce de journal, de deux beaux feuillets A3, avec de la mise en page et du design bien travaillés. Question contenu, pas grand chose de surprenant, juste du gentiment flippant. Notamment, une interview d'un membre important d'un quelconque comité d'éthique à propos de l'euthanasie... Heureusement, un article rigolo sur le rock catho vient détendre l'atmosphère. On y apprend que la "pop-louange" fait un carton, loin des clichés de "Jésus revient". Laurent, guitariste pop-louangiste donc, nous livre la clef du succès : "On fait de la musique de qualité parce qu'on a un Dieu de qualité". Bah, c'est comme les black-métalleux qui crient Satan tous les trois mots, j'imagine qu'il faut prendre ça au second degré...

Mais le plus fun dans Holywins, c'est qu'ils ont pensé à mettre un sudoku. Un "sudokato" en fait. Un peu plus subtil, pour réviser son catéchisme en s'amusant. Comme ça, vous pourrez vous justifier si le prêtre vous chope en train de jouer pendant la messe. Allez, je vous le mets, bande de chanceux ! Moi j'ai pas réussi. J'ai toujours été nul en sudoku. Et puis, je suis sûr que c'est un difficulté "démoniaque"...

Edit : je viens de me rendre compte d'un truc énorme... Pour la première question... Il y a 10 plaies d'Égypte !! Tu m'étonnes que j'arrivais pas à le faire, ce sudoku...

Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus... et les nazis de la Lune

C'est le pitch un peu con de Iron Sky, où des nazis se seraient réfugiés sur la Lune à la fin de la guerre, pour revenir conquérir la Terre en 2018. En plus de son histoire débile, l'originalité du film réside dans son mode de réalisation. Le noyau d'équipe finlandaise à la base du projet espère en effet impliquer une large communauté d'internautes à différents niveaux de sa conception, chacun pouvant apporter sa pierre à l'édifice à la mesure de ses compétences. Ou plus prosaïquement de son portefeuille.

Comme l'affiche fièrement Wreck-A-Movie, la plateforme créé pour organiser cet effort collectif, "The keyword is collaboration". On n'aurait pas dit mieux :P

Bon, d'après le teaser, ça a l'air plutôt fun et bien fichu. Et puis, après tout, y'a bien eu Turkish Star Wars...

[Via Ecrans]

5 milliards d'euros virtuels

Rarement j'aurais autant ri qu'en ce moment en écoutant ou lisant les news. Je parle bien sûr de cette histoire de fou avec la Société Générale. Avoir bossé sur les lieux du crime donne un sel tout particulier à l'affaire. J'ai travaillé là-bas, il y a 2 ans, dans l'orgueilleuse double-tour de La Défense. Le Saint des Saints pour les SSII parisiennes, qui y refourguent allègrement tous leurs jeunes diplômés aux CV avantageusement bidouillés. J'y avais donc rejoint les quelques 2000 prestataires de service (comprendre intérimaires de luxe) qui grouillent dans l'ensemble des 40 étages, et qui représentent un bon tiers de l'effectif total du siège. Il y a, comme ailleurs, les jeunes premiers dont les dents rayent déjà le parquet. Les plus anciens qui se les sont cassées, ceux qui chantonnent le blues du presta. Ceux qui externalisent très bien, qui ont l'air capables de faire n'importe quel boulot sans que ça touche de manière signicative à leur moral. Moi, j'étais plutôt dans une dernière catégorie. Ceux qui craquent vite.

Je me rappellerai toujours l'entretien surréaliste avec le commercial de ma SSII, au bout de 6 mois de mission. Lui, costume Armani, gomina, eau de Cologne et sourire Email Diamant faussement paternaliste : "Allez, je t'offre le café !". Moi, appréhendant un peu les minutes suivantes mais les savourant aussi d'avance : "Je t'ai amené ma démission"... S'ensuivit une discussion étrange, comme une négociation d'embauche à l'envers, où j'ai refusé 2 ou 3 augmentations successives qu'il me proposait, car il pensait que je voulais plus de tune. Désemparé, il n'avait même pas l'air de pouvoir envisager que, quel que soit le salaire, on puisse simplement quitter un job par dégoût... L'argument pour mettre fin à cet échange fut de lui déclarer que j'étais "dangereux" pour le client. Car même si je n'aurais jamais rien fait de mal volontairement, je n'étais pas à l'abri d'un bug ou d'une connerie, mais que je n'en avais strictement rien à cirer si, par ma faute, la SoGé perdait plusieurs dizaines de millions d'euros à Tokyo ou à New York en 5 minutes (situation tout à fait envisageable, vu qu'après 3 mois, on m'avait refilé, à moi simple débutant, la responsabilité patate chaude du déploiement mensuel d'une appli critique sur toutes les places boursières du monde où la SoGé a un pied... ou un pouce :P ).

Plusieurs dizaines de millions d'euros. À l'époque, je pensais que j'avais mis la barre assez haut. Mais maintenant, la somme fait presque sourire. 4,9 milliards !!! Wow ! Jérôme Kerviel, tu es mon Dieu !

Ne soyons quand même pas trop naïfs. Il n'est sûrement pas innocent, mais cela sent méchamment la magouille et la mystification. Peut-être pas à ce point-là, mais on n'en est peut-être pas si loin. De toute façon, on verra bien dans les jours suivants, quand ça se décantera. Ou plutôt, on verra surtout quels bricolages les pouvoirs politiques et financiers nous sortiront pour cacher la vérité. Mais ce qui m'énerve le plus, c'est l'incrédulité bidon des spécialistes en informatique. Mais d'où ils sortent ? Ils sont payés par la SoGé pour avoir l'air de tomber des nues ou quoi ? Est-ce qu'ils ont vraiment été faire un tour dans les salles de marché, et surtout dans les codes sources des programmes utilisés par les traders ?

[Passage retiré pour l'instant sur conseil avisé, histoire d'y voir un peu plus clair]

Bref, l'informatique boursière en général (car d'après ce que je sais, c'est la même chose ailleurs), c'est juste du grand n'importe quoi. Une usine à gaz bâtie comme un grand chateau de cartes. Une créature de Frankenstein constamment rafistolée qui échappe à tout contrôle. On ne cesse de remettre en jeu les intérêts "possibles" d'une opération précédente, elle-même réalisée avec les intérêts d'une autre opération de nature différente, qui elle-même a été rendu possible par les gains réalisés auparavant etc. Le tout dans la même journée, voire dans la même heure. À la longue, cet argent finit par perdre toute existence réelle. C'est du vent. De l'argent virtuel, au sens propre du mot.

Voilà pourquoi je me marre. Et voilà pourquoi tout ceci n'a aucune importance. Voilà pourquoi il ne faut pas s'en faire pour ces 5 milliards qui ont fait pschittt. Vraisemblablement, les particuliers qui sont à la SoGé ne verront pas de grandes conséquences. Ils sont trop loin de tout ça. Personne n'est à plaindre dans cette histoire, et surtout pas la Société Générale, qui recueille juste la rançon de ses méthodes. Au pire du pire, les Français passent juste un peu plus pour des cons auprès du reste du Monde (mais bon, ça, on a l'habitude). Et au mieux, si tout ceci jette durablement le discrédit ou au moins le doute sur l'absurdité du système boursier, c'est éminemment positif.

 

P.S. : j'ai vu que M6 avait changé sa programmation pour diffuser Trader lundi soir. Ah, franchement, respect. Parce que dans le genre opportuniste, ça se pose là.

Choc des cultures

Une petite mise en bd d'une conversation avec une amie américaine qui était à Paris y'a pas longtemps. Vous pouvez cliquer pour une version plus lisible, mais dans tous les cas c'est en VO.

Choc des cultures

Je dessine pas souvent des épisodes de ma vie, encore moins en prétendant les rendre humoristiques, mais là je trouvais ce dialogue assez drôle de base. Et puis c'était l'occasion de tenter quelque chose d'un peu différent, et d'essayer de dessiner des copains (c'est plus ou moins ressemblant selon les cases ;)).

Sinon, pour rester dans les pubs de gel douche. Mais bon, là c'est quelqu'un qui sait raconter sa vie en rendant ça hilarant à chaque fois...

Les grands défis de la science au XXIe siècle

  • Réussir à nourrir 10 milliards de personnes et à les faire tenir sur une même planète sans qu'ils se tapent sur la tronche
  • Résoudre le problème du réchauffement climatique et de la destruction de l'environnement au sens large
  • Trouver une alternative crédible au pétrole et une autre au nucléaire
  • Relancer vraiment la conquête spatiale (malgré les 3 points d'avant, on est jamais trop prudent...)
  • Trouver une cure contre le cancer et un vaccin contre le SIDA
  • Calculer des itinéraires en prenant en compte les prévisions de trafic (private :P )
  • Comprendre comment des gens intelligents et cultivés peuvent voter Sarkozy (vraiment, j'y arrive pas...)
  • Et surtout, trouver un putain d'emplacement Vélib' disponible dans le 15e arrondissement à 1h du matin pour laisser son vélo !!!