Patterns in the Ivy

Globe terrestre tableau pour craie

2014-12-12_globe_03.jpg
Soleil noir de la Mélancolie.

Tout est parti d'un énième nœud au cerveau à propos de projections cartographiques tordues (je fais beaucoup de géographie dans mon travail). Devant la difficulté de discuter de certains cas spatiaux complexes sur un tableau blanc bêtement en 2D, je me suis dit que ça serait cool de fabriquer un globe terrestre vierge sur lequel on pourrait gribouiller. Et en plus, ça ferait un très bel objet.

Très fier de mon idée, je me suis empressé de la lancer à la face du monde forcément ébahi :

Ensuite, j'ai fait une petite recherche qui m'a montré que bien entendu j'étais loin d'être le seul à avoir eu l'idée d'un tel globe. C'était même un objet qu'on pouvait trouver jadis sur le bureau des professeurs de géographie. Bref, possible que cette idée que je croyais neuve ait été juste une réminiscence de quelque chose déjà vu et vaguement oublié. Mais bon, parfois la nouveauté est une qualité bien futile (auto-persuasion ON). J'ai donc mis mes prétentions d'originalité au placard et je me suis lancé dans ce projet, avec comme but d'offrir l'objet à mon collègue cartographe en chef.

J'ai passé quelques mois à guetter les globes dans les brocantes, mais ceux-ci étaient soit lumineux et tout en plastique, soit trop beaux pour mériter un tel traitement. Je me suis donc rabattu sur un petit globe charmant mais cheap trouvé dans un magasin de déco, et j'ai fait pimp my globe, les caissons de basse en moins.

2014-12-12_globe_02.jpg
La cartographie du globe originel disparaissant à jamais sous la première couche de peinture. Aaaaargh…

Trois couches de peinture magnétique, trois couches de peinture à tableau, et deux coups de bombe cuivrée plus tard, c'était fini. Et avant de l'offrir, je me suis un peu amusé avec :

2014-12-12_globe_01.jpg
La Terre dessinée à main levée, de mémoire. Je m'en suis pas trop mal sorti, même si le Paris-New York a pris 3h de plus avec la taille de mon Océan Atlantique.
2014-12-12_globe_04.jpg
Le détail cool : on peut coller des trucs aimantés dessus ! Moins cool : la peinture magnétique (du moins celle-ci), c'est vraiment pas terrible. Il faut des aimants puissants par rapport à leur taille pour que ça tienne.

Ça trône désormais sur le bureau de mon collègue, qui a l'air maintenant d'un respectable géographe steampunk. Et moi j'aime tellement le résultat que je vais en faire d'autres.

Paris Web 2012

Je ne parle pas vraiment sur ce blog de ma vie professionnelle, ni de mes passes-temps hors du dessin. Pourtant, l'une de mes activités qui se trouve au croisement des deux mériterait sans doute un peu plus de publicité. Il s'agit de ma participation au projet OpenStreetMap, et globalement de mon intérêt pour tout ce qui concerne la géographie numérique et les outils de cartographie pour le web.

Ceci m'a amené à participer la semaine dernière à la géniale conférence Paris Web, où j'ai présenté un sujet sur ce thème. J'étais présent dans le public en 2011, et l'enthousiasme communicatif qui se dégageait de l'événement m'avait motivé instantanément à proposer un sujet pour l'édition de cette année. Avec le recul, je me rends compte que j'ai rarement été autant motivé sur le long terme que lors de cette année d'élaboration du sujet. Et je me souviendrai longtemps du moment de l'annonce des propositions retenues. Ainsi que de la présentation elle-même, bien sûr. Tout s'est extrêmement bien passé, et ça m'incite à continuer dans cette voie.

Si ça vous intéresse, j'ai mis la présentation et un petit blabla de feedback sur une page à part. J'y rajouterai la vidéo (car c'était filmé) quand elle aura été publiée. J'ai hésité à publier ça directement en tant qu'article dans ce blog, mais je crois qu'en fait je préfère développer un espace dédié à ce genre de projets. On verra quelle forme ça prendra.

Bon, et tout ça pour dire que la préparation de cette conférence m'a beaucoup occupé ces dernières semaines, ce qui explique en partie le manque d'activité ici. Ce à quoi je compte bien remédier rapidement !

Voyagons un peu avec Samael

Une fois n'est pas coutume, un peu de programmation et de cartes, parce qu'apparemment ça ne me suffit pas d'en faire 8 heures par jour. Et avec du metal en prime !

Voilà donc une petite expérience sur l'élément audio du HTML5. L'idée m'est venue en écoutant On earth, une chanson de Samael un peu niaise mais que j'aime bien, qui a la particularité de réciter tout un tas de villes du monde dans ses paroles simplistes. Je me suis dit qu'il y avait sûrement moyen de représenter ça d'une façon un peu sympa. Un peu de HTML, de Javascript, de Google Maps *, et hop. Ça ne sert pas à grand chose, mais c'est fun :)

Je vous laisse regarder ça en cliquant sur l'image dessous, pour peu que vous ayez un navigateur récent (c'est avec Firefox 4 que ça marche le mieux) :

2011-05-03_samael_screenshot.png

* En supporter d'OpenStreetMap et des projets qui tournent autour, j'aurais bien utilisé OpenLayers à la place de Google Maps, mais on ne peut pas encore y tracer ces jolies lignes géodésiques qui ressemblent à des trajectoires d'avions. Tant pis pour cette fois :)