Patterns in the Ivy

Keyword : plantes et fleurs

Fil des billets - Fil des commentaires

Inktober 2016

Inktober 2016 Inktober 2016 Inktober 2016 Inktober 2016 Inktober 2016 Inktober 2016 Inktober 2016 Inktober 2016 Inktober 2016 Inktober 2016 Inktober 2016 Inktober 2016
Complètement dans le désordre de leur date de réalisation.

Cette année j'ai participé à Inktober, événement qui invite les dessinateurs à réaliser un dessin à l'encre par jour pendant 1 mois. Même si j'ai décidé de ne pas suivre les thèmes suggérés, l'expérience m'a rappelé le défi dessin de Hellgy que j'avais relevé en 2014, avec ses bons côtés (déjà simplement dessiner !) et ses frustrations. Parmi celles-ci, mon incapacité à rendre le truc un peu spontané, à improviser direct à l'encre quand un petit quart d'heure libre se présente. Je ne peux pas m'empêcher de faire des choses compliquées, qui prennent du temps… que je n'avais pas toujours ce mois-ci. C'est pourquoi il manque quelques jours.

Mais à côté de cela, ce fut l'occasion parfaite d'expérimenter plein de choses, de faire des études pour des projets plus gros, et d'explorer quelques thèmes qui traînaient dans ma todo list depuis plusieurs années parfois (ex: le Berger et la Ramoneuse, le joueur de flûte inachevé, la Jeune fille et la Mort). Et j'avoue que ces quelques pages successives dans mon carnet ont belle allure.

Pixel art

Récemment, en l'espace de quelques jours, j'ai joué au fabuleux Crypt of the Necrodancer, j'ai vu sur Twitter les échos d'une activité pixel art au dernier SudWeb, et j'ai assisté à la réalisation d'une superbe broderie en point de croix à partir de personnages de Final Fantasy VI. Tout ça n'a l'air de rien, mais c'est sûrement ce concours de circonstances qui m'a poussé à essayer moi aussi le pixel art.

2015-06-17_pixelart_ivy_1.png
Versions taille réelle et grossie à 400%. Parce que bon, ça sert à quoi le pixel art si on ne distingue pas les pixels ?

J'ai juste commencé par dessiner mon sujet favori, sans technique particulière, au feeling. J'étais plutôt content du résultat, et j'avais trouvé ça plutôt facile et fun… jusqu'à ce que j'essaye de l'animer, façon animation d'attente de jeu vidéo.

Je voyais très bien là où je voulais en venir, mais pas moyen d'y arriver. Je ne sais pas s'il y a une "bonne" façon de faire du pixel art pour l'animation, mais ce n'était pas celle que j'avais employée. Là j'aurais pu aller regarder tout un tas de tutoriels, mais j'avais surtout envie de m'amuser. Alors à la place j'ai fait d'autres petits dessins statiques :

2015-06-17_pixelart_ivy_2.png
En essayant de réduire le nombre de pixels sur le même sujet, je suis arrivée à une Ivy très stylisée, limite SD. Je suis le premier surpris du résultat.
2015-06-17_pixelart_shark.png
Un grand requin blanc, et quelques poisson pilotes.
2015-06-17_pixelart_cyclamen.png
Un cyclamen. J'aime les cyclamens.
2015-06-17_pixelart_peacock.png
Et un paon dont je suis très fier.

Maintenant, il se peut que j'en fasse d'autres, que j'essaye d'améliorer la technique, voire que je m'attaque vraiment à l'animation. Ou bien que je me lasse très vite pour revenir à des choses qui ne demandent pas de coller son nez à un écran. On verra bien :)

Et pour l'anecdote, j'aurais bien expliqué que ces images étaient vraiment mes tout premiers essais de pixel art ever. Mais à l'époque du collège, je dessinais déjà points par points des papier peints pour Windows 3.1 sous Paintbrush. À l'époque en pleine phase Star Wars, je mettais en scène des combats spatiaux s'étalant en 28 glorieuses couleurs sur 640x480 pixels. J'ai un souvenir douloureux de mes tentatives d'anticrénelage manuel sur le X-Wing, vaisseau aux lignes déjà bien difficiles à dessiner sur papier. J'adorerais remettre la main sur ces "œuvres". Mais je pense qu'elles ont fini il y a plus de 10 ans dans les secteurs défaillants d'une disquette 3,5'' oubliée dans un placard.

Carte de vœux 2015

2015-01-16_hellebores.jpg
Hellébores roses (et du lierre, of course). Linogravure à 5 plaques. 10 × 20 cm.

L'année dernière, j'avais envoyé des cartes de vœux linogravées à mes proches. Bien que faites un peu à la va-vite, elles avaient beaucoup plu, alors j'ai remis ça cette année, en visant quelque chose d'un peu plus travaillé. Ce "un peu plus" s'est finalement traduit par cinq plaques gravées pour six couleurs… Cinq plaques, ça signifie cinq dessins différents qui dans l'idéal doivent se superposer parfaitement à toutes les étapes : report du motif, gravure, impression. Et une multiplication d'autant des risques d'erreur.

En tout cas, c'était une occasion de tester plein de choses. Et de vérifier à nouveau l'importance de la planification en amont (merci les calques Gimp) et de chaque détail, notamment pour l'impression (nettoyage des outils, choix du papier, pression à appliquer, etc). Ça n'a pas empêché les erreurs, et un résultat comme d'habitude plus grossier que ce que j'imaginais. Mais c'est bien chouette quand même, non ? :)

2015-01-16_hellebores_drying.jpg
Ribambelle de séchage de la dernière couche.
2015-01-16_hellebores_black_only.jpg
La dernière plaque rend très bien aussi toute seule.

Jacinthes des bois

2009-05-08_jacinthes_1.jpg 2009-05-08_jacinthes_2.jpg 2009-05-08_jacinthes_3.jpg

Je crois que je ne connais aucun phénomène aussi "féérique" que ces tapis de jacinthes des bois. Ce spectacle à beau être banal entre avril et mai, du moins dans les sous-bois de Normandie, ça m'émerveille toujours autant, et je pourrais prendre le même genre de photo tous les ans sans jamais me lasser.

2009-05-08_jacinthes_aqua.jpg

Et encore, les photos ne rendent pas justice à la réalité (à l'oeil nu, ça parait encore plus dense) et surtout ne peuvent transmettre le parfum enivrant qui flotte quand on se promène au milieu. Ca donne juste envie de s'allonger dedans pour tout oublier...

2009-05-08_ivy_jacinthes.jpg

Joyeux Noël !

J'aurais bien aimé mettre Ivy en scène dans une petite bd pour Noël, comme au bon vieux temps, mais soyons réalistes, ça ne vient pas naturellement, et en ce moment j'ai du mal à trouver où puiser des forces et de la motivation pour m'amuser tout seul à ça... À la place, c'est cette Ivy tristounette et vaguement christique qui est venue s'imposer sous mon crayon... Et vue sa tête, je pense qu'elle a fini de croire au Père Noël.

2008-12-25_ivy_christmas_1.jpg

Bon, quand j'ai compris que ça allait plomber l'ambiance, j'en ai rapidement fait une autre un peu plus légère, pour ne pas que vous croyiez que je me fous de votre gueule en vous souhaitant très sincèrement un joyeux Noël et tout ce qui va avec :)

2008-12-25_ivy_christmas_2.jpg

Où l'on découvre au passage un nouveau super pouvoir de Ivy : faire en sorte qu'aucun flocon de neige ne passe devant elle quand on prend la photo :P. Et en parlant de photos, désolé pour la qualité pourrie des images qui en sont, justement, des photos. Je suis en vacances chez ma famille, loin de mon scanner d'ultra-précision, et j'ai pas voulu faire trop l'asocial à passer des heures à trouver un meilleur réglage. Remplacées par des versions correctes maintenant que je suis rentré :)

Poison Ivy

Pour Halloween, Ivy s'est déguisée à la va-vite en Poison Ivy. Si vous voyez pas la différence, c'est normal :P . En fait, je m'étais rendu compte assez tardivement après avoir créé et baptisé Ivy, que c'était en gros méchamment la même >_<. De bonne foi, c'était pas voulu, surtout que je ne connais rien de Batman en comics, et que la Poison Ivy jouée par Uma Thurman dans un des très mauvais films de la série donnait plutôt envie de l'oublier. À la limite, c'était peut-être une réminiscence de la série animée, dans laquelle elle est apparue quelquefois et était plutôt sympa...

Au passage, la plante qui a donné son nom au personnage n'a aucun rapport avec le lierre (en français c'est Sumac grimpant, mais bon, les anglophones sont comme ça, ils disent bien "starfish" pour une étoile de mer), mais surtout ça a l'air d'être une belle saleté, vues les réactions allergiques que ça provoque...

Alors Kerlu, toi qui pars t'installer aux Etats-Unis où c'est plutôt commun, évite de te rouler dans les buissons :P

Parlez-vous le fleur ?

Langage des fleurs

Bon, les amis, j'ai besoin de votre contribution pour résoudre un problème de la plus haute importance. Parfaitement. Dans la petite discussion qui a suivi mon récent billet sur les cyclamens, on a parlé avec Mitt de langage des fleurs, et je lui ai dit que j'avais trouvé de graves lacunes dans ce domaine.

En effet, avant de faire des recherches rapides sur ce sujet (pour rajouter un peu de symbolique sirupeuse à certains dessins ou ne pas commettre d'impair en offrant un bouquet ;)), je m'étais toujours imaginé cela comme quelque chose d'extrêmement codifié. C'était peut-être le cas un jour, mais un googlage et un feuilletage de quelques livres consacrés vous montrera que maintenant c'est un joyeux bordel. D'après mon souvenir, même les fleuristes s'y perdent.

Sur Wikipédia, c'est pas vraiment mieux. L'article français, affublé de l'infâmant "ne cite pas suffisamment ses sources", est disqualifié d'office. On se tourne alors vers la version anglophone, un peu mieux documentée comme souvent. Elle évoque l'existence à la période Victorienne d'un code de communication précis, mais dont les nuances seraient perdues. Et propose ensuite des sens tout  aussi contradictoires que les autres. En gros, à part les roses rouges ou roses sur lesquelles tout le monde s'accorde, communiquer en fleurs revient à parler slovaque en verlan et espérer être compris par un péruvien sourd.

Alors voilà, sachant que tous mes lecteurs sont des puits de savoir ambulants, je me demandais si vous étiez un peu plus renseignés sur ce sujet, si vous connaissez une source fiable à ce langage, si vous l'avez déjà utilisé, ou même, pourquoi pas, si vous le parlez couramment (ça doit pas être pratique au téléphone).

Je compte notamment sur vous, les poètes qui lisent ce blog. Si si, faites pas les innocents, vous vous êtes reconnus :P

Disclaimer : je sais très bien que dans le fond c'est une question à la con, hein. On se doute bien que ça dépend d'un contexte culturel particulier. Genre y'a la version spécifique japonaise, qui elle aussi a l'air d'être plus ou moins fluctuante. Et puis même, le vrai sens d'un bouquet offert, c'est celui des intentions qui vont avec, et avec un peu de chance ça passe sans trop trop de mal. Mais quand même, ça vous empêche pas de broder sur le sujet :)

Cyclamens

Cyclamen flowerLes cyclamens étaient parmi les plantes préférées de mon grand-père.

Comme beaucoup, il aimait la beauté fragile, irréelle de leurs fleurs. Comment ne pas adorer ces petites fées effrontées, roses ou blanches, perchées aux bouts de leurs longues tiges, qui dressent vers le ciel leurs cinq ailes délicates dans un dessin simpliste et complexe à la fois, en exhalant un si léger parfum ?

Mais il aimait tout autant ces plantes aux périodes modestes et secrètes, quand elles ne sont plus que des tubercules un peu frustes affleurant la surface du sol, ou qu'elles se contentent de déployer leur faisceau de feuilles en forme de coeurs rondelets.

Dans ce qui restera toujours "son" jardin, un minuscule coin de paradis perdu dans un quartier grisâtre de Rouen, il y en a un parterre, qui a toujours semblé laissé à l'état sauvage, mais qui est en fait le résultat de patientes et continuelles attentions, à travailler en harmonie avec la Nature, sans la forcer. Il était le seul à savoir que tel ou tel plant, fondu dans la masse et semblable aux autres pour mes yeux profanes, était d'une variété réputée incultivable sous nos latitudes, ou qui est en train de lentement disparaître au seul endroit du monde où elle pousse à l'état sauvage. Mais il n'en tirait nulle fierté. C'était parmi tant d'autres une humble contribution à rendre le monde moins bête et plus beau.

Cyclamen's bed - Lit de cyclamens

Plus encore que dans les autres plantes, je crois qu'il voyait dans les cyclamens un condensé parfait du miracle toujours renouvelé de la Nature, de ses merveilles, de ses contrastes, qui se dévoilent si facilement à qui prend le temps de la respecter et d'en être curieux. C'est certainement la première des innombrables choses que j'ai apprises de lui.