Ouf ! Posant enfin à l’instant mon gros sac par terre et mes fesses sur ma chaise, me voilà de retour. Avec une paire de chaussure en moins, deux ou trois ampoules, quelques centaines de photos à trier, mais surtout des beaux souvenirs et, cerise sur le gateau, la motivation pour en parler.

D’ailleurs, ça risque de faire un bout et en plus je suis fatigué, alors je ne vais pas tout mettre ici là maintenant, mais consacrer dans les prochains jours un billet détaillé à chacune des villes que j’ai visitées, dans l’ordre donc Prague, Bratislava, Budapest et Vienne.

Plug-ins de sac

(et zut, le Baiser est de travers…)

Enfin, tout ça ne m’empêche pas de faire ici en vrac quelques remarques d’ordre général :

  • C’était excellent ! Bah oui, quand même ;)
  • À part avant-hier soir où je me suis pris un orage (évidemment, alors que j’étais sur la place de l’hotel de ville de Vienne où sont projetés des concerts tout l’été), je n’ai eu qu’un temps superbe. Eh ben, pouvoir découvrir une ville en marchant dans les rues au soleil, boire en terrasse ou se poser n’importe quand dans un beau parc pour comater, ça fait un méchant biais positif sur l’appréciation d’un endroit.
  • Je suis plus ou moins réconcilié avec l’architecture baroque, dans le bon contexte ça peut même être joli.
  • Guerre et Paix, c’est Grand. Faut le lire. Sérieux. Quitte à vous forcer.
  • Dans les quatre villes que j’ai vues, dans quatre pays différents donc, j’ai remarqué qu’il y avait des caméras de surveillance partout dans les rues. C’est peut-être un détail, mais ça m’a frappé. Ils ont pas l’air d’avoir trop d’états d’âme à ce niveau-là…
  • C’est rigolo de manier des monnaies différentes de temps en temps, mais quand elles ont un taux de conversion à la 1 truc = 0,015 €, tu te retrouves avec des liasses de billets complètement extravagants et finalement t’as que dalle.
  • Ça fait du bien de parler anglais pendant deux semaines (j’ai même tenté un peu d’allemand à Vienne), mais je suis toujours aussi peu spontané, c’est une horreur.
  • Décidément, j’aime la beauté slave. Enfin si tant est qu’on puisse définir cela. Ce sourire et ces yeux lumineux…
  • J’en reparlerai plus en détails, mais voyager seul, c’est… étrange. Ça a plein de bons côtés qu’on imagine pas au début, en plus de tous les mauvais dont on se doutait mais qui font quand même mal quand ils surviennent. Ce qui est sûr, c’est que je réfléchirai avec attention avant de le refaire.
  • Tout à l’heure à l’aéroport de Vienne, je me disais que j’étais heureux d’être parti en vacances, heureux de mon séjour et heureux aussi de rentrer. Arrivé à Paris, finalement, j’étais pas si heureux d’être rentré…

Voilà. La suite, la vraie, enfin le début quoi, avec photos à l’appui, dans un prochain billet probablement intitulé “Prague” (wahou !).

Ah, et j’ai un peu dessiné pendant ce voyage, alors y’aura peut-être aussi des billets qui en sortiront…