B.O.

Agrémentons un peu la lecture avec un truc auquel on peut difficilement échapper là-bas…

Smetana - The Moldau
Sinon pour Prague, Dvorák ça marche très bien aussi, et en plus c’est mieux.

5 jours à Prague pour commencer. J’aurais pu difficilement faire mieux. Arrivé le soir et ayant un peu cafouillé pour trouver l’auberge de jeunesse, j’ai remis la découverte de la ville au lendemain matin. À 9 heures, c’était parti pour une première balade, et une tombée sous le charme quasi instantanée. Evidemment, car il faudrait être bien difficile pour ne pas aimer cette ville. Bien trop de belles choses à décrire, trop de variété pour en faire un résumé digne de ce nom. D’un côté de la Vltava/Moldau, les immeubles Art nouveau, notamment dans le quartier juif, font lever la tête, mêlant leurs extravagances aux survivances d’autres styles. Autour de l’énorme et impressionnante place centrale, vers laquelle les pas semblent toujours mener, certaines rues ont gardé une organisation quasi-médiévale, un peu labyrinthique, qui cache tout un tas de petites places et cours intérieures. Sur l’autre rive, à Malá Strana, le baroque règne en maître. Les toîts de tuiles, desquels émergent quantité de clochers, tapissent la colline qui monte jusqu’au chateau et à l’imposante cathédrale… Hum, ça doit vraiment être lourd d’écrire des guides touristiques !

Bon bref, donc, Prague, c’est superbe. Tout à fait à la hauteur de sa réputation d’une des plus belles villes d’Europe. La conséquence, c’est que c’est littéralement submergé de touristes. Prague en elle-même est relativement grande, mais les “curiosités” sont concentrées, comme dans la plupart des villes, dans un secteur historique. Le nombre de visiteurs y est tellement important que sur les parties les plus fréquentées on a cette impression un peu gênante de ville musée, où personne ne semble réellement vivre. Et puis qui dit touristes dit aussi pièges à touristes, sollicitations en tout genre, etc. C’est là que j’ai découvert un des intérêts principaux de voyager seul : suffit de troquer un sac à dos trop révélateur contre un sac en bandoulière, et t’as presque l’air d’un local ;)

Ceci dit, le touriste moyen a un avantage certain : il est prévisible, et donc évitable. Alors bien sûr, il faut faire les trucs “obligés”, qui le sont rarement pour rien. Mais, même sans quitter les coins les plus jolis, on s’éloigne avec une facilité déconcertante du flux principal, et ça serait bête de ne pas en profiter. Rien que pour respirer, et s’imprégner enfin d’une vraie ambiance du lieu, nonchalante  et romantique. Personnellement, j’ai eu plus de plaisir à flâner au hasard des rues ou des parcs, notamment du côté de Malá Strana, ou à m’échapper dans le sud de la ville jusqu’au petit cimetierre de Vysherad (où sont enterrés plein de gens célèbres, et où les cloches de l’église sonnent le thème de la Moldau. Je vous ai dit qu’on pouvait pas y échapper…) qu’à visiter les sites les plus réputés. Parmi ceux-ci, plein d’églises et de palais bien sûr, mais aussi l’hotel de ville et son horloge astronomique qui valent vraiment le détour, et le vieux cimetierre juif avec ses tombes superposées, qui doit vraiment prendre toute sa mesure à la tombée de la nuit.

Bien entendu je me suis aussi fait un petit festival d’Art nouveau, avec traque des bâtiments les plus classes, visite de la maison municipale avec une salle excellente entièrement décorée par Mucha, et visite du musée un peu foutage de gueule consacré à ce dernier. Mais bon, au moins maintenant je sais de source sûre que ça se prononce [Mouka].

Pour finir, une mention spéciale pour l’auberge de jeunesse dans laquelle j’étais, sur un conseil très avisé. C’est l’Hostel Elf, et je ne peux que vous le recommander à mon tour si vous prévoyez d’aller faire un tour là-bas un jour. Il a largement contribué au plaisir que j’ai eu à passer 5 jours dans cette ville. Un peu excentré, situé juste sous une voie de chemin de fer (et du Comic Sans MS partout :P), il fait un peu peur au début, mais toutes ces craintes s’envolent très très vite. J’ai rarement vu un endroit aussi convivial et propice à rencontrer des gens, et d’ailleurs c’est là que j’ai fait les rencontres les plus nombreuses et les plus sympas de mon voyage. Notamment, sur les deux derniers jours, une Allemande avec qui j’ai passé deux si bonnes soirées à boire et discuter que j’en ai oublié d’aller faire des photos de la ville de nuit :P . Tant pis, faudra que j’y retourne !

Bonus rigolo : la moitié des feux pour piéton à Prague durent à peine 5 secondes. À croire que les mémés tchèques sont toutes d’anciennes sprinteuses… ou sont déjà toutes mortes.

Album photo complet